Events | 7 min read

Marque employeur & LGBT+ : quelle inclusion en France ?

Don't forget to share this post!

blog-post-example-media

Dans le cadre de la soirée de lancement de TETU Connect, le premier forum pour les dirigeants d'entreprise autour de la visibilité et de la valorisation des profils LGBTQI+ dans le milieu du travail, Linkfluence a été sollicitée pour tirer des insights des conversations de cette communauté sur le web social.

Pour rappel, la communauté LGBTQI+ comprend les personnes Lesbiennes, Gays, Bi, Transgenres, Queers, Intersexes ainsi que les autres identités de genres et orientations sexuelles.

Jean Baptiste Mac Luckie, consultant social data pour Linkfluence, a été convié pour prendre la parole lors de cet événement et présenter les résultats d'une étude spécifique menée à ce sujet. À suivre, un résumé des insights qu’il a partagés pour l’occasion.

 

Les conversations ne reflètent pas la réalité d'une communauté composite

Sur le web français, le sujet LGBTQI+ génère plus de 817K conversations par an. Bien qu’important à première vue, l’impression est à nuancer, en comparaison des 1,7M de publications recensées au Royaume-Uni, et davantage encore quand on prend pour référence les 27M de publications recensées aux États-Unis.

Au sein de ces 817K publications, les Gays sont représentés à plus de 75%, ce qui laisse peu de place sur le web francophone pour les Lesbiennes, Transgenres, Bi, Queers, Pansexuel.le.s et Intersexes.

 

 

Une actualité mouvementée, des conversations polarisées

Les conversations sur cette communauté sont principalement portées par des actualités polémiques : déclarations contestées du Pape François en août 2018, agression du président d’Urgence Homophobie en octobre 2018. Seule la Marche des Fiertés représente un pic de conversations à teneur positive.

 

 

Fait notable : les conversations sur les LGBTQI+ offrent un terrain propice aux controverses, à l’image des sujets qui structurent ces discussions, comme l'ouverture de la PMA pour les Lesbiennes, les débats sur la GPA, les agressions LGBT-phobes et les discriminations, l'homoparentalité , etc…

 

 

Marque employeur & LGBTQI+ : une nécessaire inclusion

La question de l’inclusion des LGBTQI+ au sein de l’entreprise mérite évidemment d’être débattue, tant elle devient une nécessité. Selon une étude TETU x BCG, seule 1 personne sur 2 accepte de faire son coming-out au travail, 35% craignent qu’être “out” au travail puisse constituer un risque pour leur carrière, statistique à lier aux 46% des interrogés reconnaissant mentir sur leur orientation sexuelle lors d’une discussion informelle avec leur manager.

Vue du web social, l’association des sujets LGBTQI+ et Ressources Humaines, est assez peu significative :

 

 

Ressources Humaines et LGBTQI+ : un sujet en clair-obscur

Si, sur le web social, ce sujet est porté par les politiques, associations, médias et journalistes ; certaines entreprises mettent également en avant leur engagement pour la cause LGBTQI+.

 

Cette image projetée plutôt bienfaisante sur les médias sociaux s'avère fort éloignée d'une réalité faite de témoignages, souvent anonymes et sur des forums, de LGBTQI+ qui n’osent pas être "out" au travail et recherchent des conseils, voire expriment leur souffrance :

« Je ne suis pas vraiment out au travail, dans le reste de ma vie je le suis à 1000%.

Au travail, certaines personnes le savent, ceux en qui j’ai confiance et avec qui je fais des soirées […]

Mais surtout pas le management.

Et depuis que j’y travail il y a eu 3 gays avec qui j’ai bossé et ils étaient pas out non plus, donc ça ne m’encourage pas à le faire » - Forum.Madmoizelle

ll existe pourtant des perspectives d'amélioration de la situation -comme l’indique cette dernière slide présentée par Jean Baptiste Mac Luckie- pour réconcilier les intérêts des individus LGBTQI+ et des entreprises ; du moins, pour ces dernières qui revendiquent se soucier réellement du bien-être de leurs salariés.

 

 

 

 

Il n'est finalement pas si surprenant d'observer que, contextuellement, les conversations du web social s'articulent autour des grands sujets qui ont alimenté l'actualité LGBTQI+ des derniers temps.

La balle est donc dans le camp des entreprises, à qui il incombe de reprendre la main sur les sujets tenant à l'inclusion d'individus LGBTQI+ en souffrance, et de lier les actes à la parole en projetant une image compréhensive et engagée.

Une initiative telle que le TÊTU Connect tombe à point nommé pour sensibiliser et aider les entreprises à réaliser à quel point le décalage entre leurs bonnes intentions et la réalité telle qu'elle est vécue par les individus s'apparentant à la communauté LGBTQI+, est considérable.

Le travail de sensibilisation aurait-il été aussi impactant sans pouvoir compter sur les insights issus de la captation de social data que Jean Baptiste Mac Luckie a préparée pour ce talk ? Du reste, certains enjeux n'auraient pu être envisagés, c'est une certitude.

 Social data intelligence - demande de démo

Don't forget to share this post!